INSCRIVEZ-VOUS D'ICI FIN MARS 2016 ET COURREZ LA CHANCE DE GAGNER UNE TABLETTE SAMSUNG !

dimanche 17 octobre 2010

Les coopératives ont une longevité supérieure aux entreprises à capital-actions

Deux analyses comparatives menées par le ministère du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation du Québec se sont intéressées au taux de survie des coopératives de 1999 à 2008. Les résultats sont fort éloquents quant à la stabilité et la longévité des entreprises coopératives : les coopératives affichent un taux de survie de près de deux fois supérieur à celui des entreprises privées, soit 62 % après 5 ans (contre 35 % au privé); leur taux de survie après dix ans s’élève à 44,3% alors que seulement 19,5% des entreprises québécoises en général survivent à leur première décennie d’existence.


Comparaison entre les taux de survie des coopératives et des entreprises
 
Cette durabilité des coopératives peut être expliquée par différents facteurs.
La finalité des entreprises d’économie sociale en général et des coopératives en particulier diffère de celle de l’entreprise privée à but lucratif. La quête du profit motive la plupart des initiatives privées tandis que la volonté de répondre à un besoin identifié par un groupe social ou par la communauté constitue la raison d’être de l’entreprise d’économie sociale. Cette distinction dans la finalité du projet a des impacts sur la longévité des différents types d’entreprises : un promoteur privé qui ne verra pas ses niveaux de profits suffisamment élevé pourrait être tenté de fermer ou délocaliser son entreprise; l’entreprise d’économie sociale acceptera plus facilement les années de vaches maigres si elle arrive toujours à répondre aux besoins identifiés. La coopérative, est une formule flexible qui s’adapte aux besoins de ses membres et qui combine la rentabilité économique et la rentabilité sociale.
De plus, les coopératives bénéficient d’un grand réseau coopératif permettant d’établir des contacts plus facilement, de recevoir un support supplémentaire de ses pairs et de se tailler une place plus facilement sur le marché. Elle peut également compter sur des mesures fiscales avantageuses.


Plusieurs autres éléments peuvent expliquer la longévité des coopératives :

• Le rôle central du membre. Le sentiment d’appartenance y est donc très développé ;
• L’encadrement juridique favorisant notamment la démocratie, la reddition de comptes aux membres et une gouvernance plus ouverte ;
• La présence d’un groupe de promoteurs et ancrage dans le milieu ;
• La forte représentation dans des secteurs économiques de base, près des besoins des gens (agriculture, forêt, services à domicile, funéraire, scolaire, etc.) ;
• Le fonctionnement en réseaux régionaux et sectoriels pour une majorité de coopératives ;
• Le soutien d’organismes de premier et deuxième niveau favorisant un meilleur encadrement des projets en démarrage ou en développement et présence d’outils financiers et fiscaux adaptés à la formule coopérative.

Taux de survie des coopératives au Québec
Source : Direction des coopératives, MDEIE.
Ministère du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation,

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous aimez cet article? SVP, laissez vos commentaires ou contributions ici. Vos contributions ou points de vue seront appréciés

ShareThis

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...