INSCRIVEZ-VOUS D'ICI FIN MARS 2016 ET COURREZ LA CHANCE DE GAGNER UNE TABLETTE SAMSUNG !

mercredi 22 mai 2013

Apple, la pomme de la discorde !



Apple a l’habitude d’occuper l’actualité lors de ses lancements de nouveaux produits qui déclenchent un raz de marée d’achats quasi-grégaires parmi les consommateurs du monde entier. Mais depuis quelques années, Apple revient aussi fréquemment dans l’actualité pour de sombres raisons. Apple, société d’apparence séduisante, présente aussi des tares liées à la recherche effrénée de profits par tous les moyens. Et pour cela, l’entreprise ne se contente plus de fabriquer ses produits à un très bas coût, sur le dos des travailleurs chinoiset faire payer aux consommateurs un prix très élevé grâce un marketing hyper-sophistiqué. Le géant de Cupertino verse aussi dans le tripatouillage fiscal.



Le saint-Graal de l'évasion fiscale

En effet, selon les premières conclusions d'une commission d'enquête parlementaire américaine, Apple a utilisé un complexe réseau de filiales à l'étranger pour contourner le paiement d'impôts aux États-Unis sur des dizaines de milliards de dollars de bénéfices. On retrouve aussi les mêmes pratiques d’évitement fiscal chez Microsoft, Google et HP.
Cela consiste par exemple à transférer des brevets de valeur à des filiales à l'étranger, ou à baser des filiales en Irlande en négociant avec ce pays un taux d'imposition très bas (2%). «Apple ne s'est pas contenté de déplacer ses bénéfices vers un paradis fiscal à l'étranger», accuse toutefois le sénateur démocrate Carl Levin, qui préside la commission d'enquête.
«Il a cherché le saint-Graal de l'évasion fiscale. Il a créé des entités à l'étranger détenant des dizaines de milliards de dollars mais affirmant ne résider fiscalement nulle part», a-t-il ajouté.
Apple a notamment créé une société holding pour ses filiales à l'étranger, Apple Operations International, qui n'a «pas de salarié, pas de présence physique» et a pu, «en exploitant les failles» des systèmes fiscaux américains et irlandais, ne pas faire de déclaration d'impôts depuis cinq ans, où ses revenus totalisaient pourtant 30 milliards de dollars, selon le communiqué.

Je trouve incroyable qu’une marque aussi adulée qu’Apple ne fasse pas plus d’efforts pour améliorer son image en matière de responsabilité sociale.
Déjà sévèrement critiquée à cause des scandales répétés concernant ses fournisseurs chinois qui fonttravailler leurs employés dans des conditions dangereuses et quasi-inhumaines, Apple continue de jouer à l’autruche, prenant la fidélité des consommateurs pour acquis. 

Le réveil des consommateurs fâchés contre leur chouchou

Pourtant, l’histoire nous a démontré que l’amour du client n’est pas éternel. Et les premières grognes de désapprobation se font entendre chez les accros de la pomme. Depuis un moment, les manifestations au slogan « Be different » (soyez différents) et les commentaires choqués d’internautes se multiplient aux Etats-Unis. Leurs revendications ? Ces clients découvrent les conditions de travail des sous-traitants du groupe de Cupertino. Début février, un internaute du nom de Mark Shields, aficionado de « la pomme » a même lancé une pétition sur le net pour que Tim Cook prenne enfin en considération les questions sociétales dans sa stratégie de conquête du monde. Son message à l’intention du groupe est clair : « Je veux continuer à utiliser et à aimer vos produits»…un cri d’amour qui a quand même récolté 250.000 signatures en quelques jours.


A force de nier sa responsabilité sociale et environnementale, le groupe américain risque, à moyen long terme, d’y perdre une partie de sa réputation auprès de consommateurs déboussolés : « Je suis Melissa, j’ai 26 ans et je suis une Apple addict. Je peux même dire que toute ma famille est Apple addict…et je découvre actuellement les conditions de travail des gens qui assemblent nos produits » s’indigne la jeune internaute qui ne dissimule pas son malaise, sur le site Mother Nature Network. « Les actionnaires d’Apple et les aficionados de la marque sont désormais confrontés à un dilemme moral . Doivent-ils boycotter la marque ?»Interroge Thane Rosenbaum du journal Daily Beast.

Au lieu de répondre que les concurrents font la même chose, il est encore temps pour Apple de réagir comme un leader et de montrer la voie des bonnes pratiques aux autres délinquants de l’industrie électronique, car les consommateurs risquent de ne plus vouloir croquer une pomme pourrie.


2 commentaires:

  1. Apple n'est pas la seule entreprise qui a des fournisseurs qui abusent des travailleurs chinois. Mais je suis d'accord qu'une entreprise qui fait autant de profits ne donne pas l'exemple du bon citoyen corporatif et abuse des paradis fiscaux. Les contribuables consommateurs sont ainsi doublement perdants : ils paient trop chers les produits et ne profitent pas de l'impact fiscal collectif que cela engendre.

    RépondreSupprimer
  2. Permettez-moi de vous présenter les SERVICES DE FINANCEMENT LE-MERIDIAN. Nous sommes directement dans le financement de prêt et de projet (s) pur en termes d'investissement. Nous fournissons des solutions de financement aux entreprises et aux particuliers souhaitant accéder à des fonds sur les marchés financiers (pétrole et gaz, immobilier, énergies renouvelables, produits pharmaceutiques, soins de santé, transports, construction, hôtels, etc.). Nous pouvons financer jusqu’à 500 000 000 000 $ ( Cinq cent millions de dollars) dans toutes les régions du monde, dans la mesure où notre retour sur investissement de 1,9% peut être garanti sur les projets.
    Service de financement Le Meridian. Email Contact info@lemeridianfds.com
    WhatsApp ... + 19893943740.

    RépondreSupprimer

Vous aimez cet article? SVP, laissez vos commentaires ou contributions ici. Vos contributions ou points de vue seront appréciés

ShareThis

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...