INSCRIVEZ-VOUS D'ICI FIN MARS 2016 ET COURREZ LA CHANCE DE GAGNER UNE TABLETTE SAMSUNG !

lundi 10 septembre 2012

Idée de projet d’économie sociale : Êtes-vous un allumé, un suiveux ou un innovateur ?

Afin de s'assurer d'avoir un  bon projet d'économie sociale avec de meilleures chances de réussite, l'entrepreneur social doit posséder non seulement un excellent profil entrepreneurial,  mais aussi avoir un projet d'affaires visant un marché viable. Une bonne idée de projet d’économie sociale correspond à une logique de réponse à des besoins identifiés par une communauté. Un projet qui réussit à susciter le soutien et la mobilisation de la communauté locale a plus de chance de réussir.
De plus, comme tout projet d’affaires, votre projet doit respecter certains critères de base :

- avoir des produits ou services innovateurs pour lesquels il y a une demande
- être capable de démontrer ses avantages comparatifs
- avoir ciblé un marché avec un besoin pour vos produits ou services
- avoir établi des stratégies de mise en marché
- avoir déterminé des procédés de fabrication ou des méthodes d'exécution réalisables
- avoir déterminé les coûts du projet et un montage financier réaliste et réalisable
- avoir un projet viable financièrement

Je rencontre plusieurs types d’entrepreneurs sociaux dans mon travail :
 
- L’allumé

Il veut résoudre tous les problèmes de la société (malnutrition, prostitution, délinquance, décrochage scolaire avec un seul projet. Sa principale motivation, c’est l’envie d’aider les autres. Et il cherche du financement pour y arriver.
C’est quoi votre projet ?
« J’ai plusieurs idées qui bouillonnent dans ma tête et mes valeurs correspondent à l’économie sociale ».
Il faudra peut-être commencer par mettre de l’ordre dans vos idées et commencer par identifier de façon précise votre projet. Le désir d'aider les autres est loin de constituer une opportunité d’affaires en soi, ca peut-être tout au plus une finalité.
 
- Le suiveux

Il a vu ou entendu parler d’un projet qui marche ailleurs et il a décidé de réaliser le même projet avec la certitude que son idée de projet est l’aubaine du siècle. Il est vrai qu’on ne réinvente pas la roue et c’est parfois gagnant de s’inspirer d’une expérience existante pour démarrer une nouvelle entreprise. Mais il faut que cet transfert d'idée de projet réponde à des besoins réels non comblés dans une communauté donnée et soit adapté aux réalités de cette communauté.
 
Est-ce vraiment une bonne idée de vouloir créer par exemple un restaurant communautaire dans un quartier de Montréal où il y en a déjà 3 autres qui répondent largement aux besoins et peinent à maintenir leur viabilité ?

Votre idée de projet de nouvelle entreprise d’insertion socio-professionnelle à Montréal n’est peut-être pas l'idée du siècle non plus. Il y a déjà une vingtaine d’entreprises d’insertion à Montréal.
Votre concept est peut-être bon et répond à des besoins mais vous aurez bien du mal à financer le volet insertion car il y a belle lurette que le programme n’octroie plus de nouveaux fonds à de nouvelles entreprises.
 

- L’innovateur

C’est la crème des entrepreneurs, c’est l’entrepreneur social qui cherche à répondre à des besoins de la communauté avec une touche de créativité. Il met de l’avant une solution pragmatique et novatrice dans le but de favoriser le changement et l’innovation sociale. Il présente un profil entrepreneurial fort avec la volonté de sortir des sentiers battus.
Innover ce n’est pas nécessairement de proposer une idée qui n’existe nulle part ailleurs. Entreprendre demande quand même un minimum de créativité. Oubliez un peu les restaurants communautaires et soyez un peu plus créatif SVP, une idée révolutionnaire qui répond à des besoins non suffisamment ou pas du tout comblés.

Tenez donc, voilà un exemple d’idée novatrice :
La petite reine., entreprise spécialiste du transport terminal intra-urbain de marchandises, LA PETITE REINE est le partenaire privilégié des entreprises, soumises à des impératifs de qualité et de rapidité, et des collectivités locales, soucieuses de qualité de vie et de respect de l’environnement. Par ailleurs, LA PETITE REINE développe et commercialise des véhicules de transport innovants, qu’elle convertit également en support de communication.


ROULEZ !




1 commentaire:

  1. Il y a, à mon avis, beaucoup d'entrepreneurs sociaux cachés un peu partout. Il faudrait les aider à bien structurer leur idée d'entreprise pour qu'ils contribuent à l'essor de l'entrepreneuriat social au Québec!

    RépondreSupprimer

Vous aimez cet article? SVP, laissez vos commentaires ou contributions ici. Vos contributions ou points de vue seront appréciés

ShareThis

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...